Otourly's Blog

Photographie le patrimoine culturel italien et contribue à Wikipédia

Posted in Wiki Loves Monuments, Wikimédia Commons, Wikipédia by otourly on mars 18, 2012

Traduction du billet de Iolanda Pensa publié sur son blog sous licence CC-BY-SA 3.0 à l’adresse http://io.pensa.it/node/2220. Ce billet est la version originale d’une publication dominicale pour Il Sole 24 Ore, daté du dimanche 18 mars 2012 : Iolanda Pensa, I beni visibili grazie a Wikipedia: Il concorso Wiki Loves Monument promuove il patrimonio pubblico raccogliendo fotografie e dati. Ma l’Italia sconta vincoli di copyright in “Il Sole 24 Ore”, Domenica, Sezione Cultura e sviluppo, n. 77, p. 38. La traduction qui suit est donc sous licence CC-BY-SA 3.0.

Valoriser le patrimoine culturel italien sur Wikipédia est bénéfique pour l’Italie. Mais l’Italie semble tout faire pour éviter que son patrimoine culturel soit mis sur Wikipédia. Wiki Loves Monuments est une excellente occasion pour comprendre comment fonctionne le système. Tu prends une photographie d’un monument puis tu la met en ligne sur Wikimedia Commons, la banque de données multimédia de Wikipédia, sur laquelle tout le monde peut aller puiser. Ceci est en substance l’idée de Wiki Loves Monuments, un concours photographique international lancé en 2010 et organisé pour la première fois en Italie cette année. Tout le monde peut participer, en promouvant la connaissance du patrimoine culturel d’une nation et en contribuant de manière volontaire et gratuite à en améliorer la documentation, la valorisation et la protection. Wikipédia n’est certainement pas parfaite, mais ses 365 millions de lecteurs dans le monde forment un public sans aucun doute intéressant pour le tourisme.

Que l’implication de citadins fasse du bien au territoire n’est pas une chose nouvelle. il suffit de penser à la Convention Européenne du Paysage, aux Piani di governo del territorio et aux écomusées;  mais l’idée que les photographies puissent être distribuées librement se heurte avec la législation italienne. En Italie, les photographies des biens publics de valeur historique, artistique, architectural, paysager, archéologique et ethno-antropologique (pratiquement toutes) peuvent être utilisées librement pour un usage personnel ou de studio uniquement. Les autres usages nécessitent l’autorisation des surintendances (soprintendenza), qui peuvent réclamer une contrepartie financière.

Demander l’autorisation est complexe, parce que les surintendances sont organisées pour des zones territoriales et des domaines d’interventions spécifiques. Ceci est déjà en train de produire inévitablement une illégalité ample, non seulement parce qu’il est difficile de travailler à l’intérieur du système, mais aussi parce que dans ce siècle il est difficile d’imaginer que notre patrimoine soit si peu le notre.

Wikipédia et tous les projets Wikimedia ont une licence qui permet le réemploi des documents à des buts commerciaux, à la seule condition qu’on cite la source et que l’on garde la même licence. Pour ce motif le contenu de Wikipédia peut être inclus librement dans des publications, puis vendues, ou sur sites commerciaux avec publicité, ou être utilisée comme banque de données pour créer de nouveaux services. La liberté de réutilisation qu’accorde Wikipédia est aussi le motif pour lequel tant de volontaires s’impliquent à contribuer. Le fait qu’un citoyen qui fait une photographie d’un monument et la met sur Wikipédia sans autorisation ne respecte pas la loi italienne est tout simplement déconcertant.

Wiki Loves Monuments n’est pas seulement un concours photographique, c’est aussi une excellente occasion pour poser des questions. Mais combien l’Italie y gagne ? Si aux rétributions recueillies par les surintendances on soustrait les coûts de gestion de ce système, combien il reste ? Et est-ce que ce système contribue réellement au bien-être économique de notre pays?

Iolanda Pensa, membre de Wikimedia Italia, participe à l’organisation de Wiki Loves Monuments et est directrice scientifique de WikiAfrica/Share Your Knowledge pour la Fondazione lettera27.

Une histoire de licence: c’est ma photo !

Posted in Wikimédia Commons by otourly on novembre 16, 2009

Un rat mort à Francheville

Un rat mort à Francheville - Wikimédia Commons © CC-by-SA Otourly

Depuis que je suis administrateur sur Commons, j’ai parfois entendu des personnes s’interroger sur le fait de laisser leurs photos sur ce site. Maintenant j’ai envie de leur répondre, je sais que ça ne se fait pas trop de répondre par une question, et pourquoi pas?

Voici mes propres raisons, à vous de vous construire les vôtres.

  • Partager aux autres ce qu’on a vu.

C’est assez intéressant de partager, c’est ainsi qu’on a appris à parler, c’est ainsi qu’on a cultivé notre savoir, ainsi partager des prises de vues c’est offrir des images à quelqu’un qui n’a pas eu la chance de voir ce que vous avez vu, au moment où vous l’avez vu.

  • Donner envie à d’autres

Je n’ai pas la prétention de faire des photos excellentes, mais j’espère qu’avec mes photos d’autres auront envie de faire mieux. Et franchement pour moi ça vaut mieux que si je les avais réalisées à la perfection du premier coup, avec l’apprentissage et la capacité technique qui va avec.

  • Laisser libre la retouche de mes images

Il est certain que nous ne voyons pas les images de la même façon. Aussi, les goûts et les couleurs…

Donc, il est pour moi naturel de laisser à d’autres personnes la possibilité de modifier mes images, de quelconque façon (en dehors de ce qui est contraire à la loi évidement) , afin de partager une autre vision de mon image.

  • Permettre aux autres de réutiliser mon image modifiée ou non

Ce point permet de compléter la boucle, ainsi ça donnera peut être l’idée de la faire partager, la modifier et de la montrer à nouveau..

Mais pourquoi Commons alors me diriez-vous?

Commons est une base de donnée multimédia libre [1]. Ce site partage ma vision de la photo. Mes photos peuvent être réutilisées, notamment sur Wikipédia, mais aussi sur les autres projets de la Wikimédia Foundation. Elles pourront y être modifiées, classées, décrites dans plusieurs langues.

J’ai fait le choix de rien gagner de mes photos, car la photo n’est pour moi qu’un loisir, et l’unique récompense que j’accepte c’est la mention correcte de la licence.

Non, vraiment, je ne vois pas pourquoi je laisserai mes photos numériques prendre de la poussière dans un coin d’un disque dur, et pire, que le témoignage qu’elles pourraient offrir soit perdu, ou détruit.

L’explication du titre se trouve à cette adresse: http://peaulithique.wordpress.com/2009/11/03/il-naime-pas-les-rats/, je n’aurais pas cru qu’un jour une de mes photos soit à ce point lié à l’actualité.